Le mal des transports : comment l’éviter ?

0
506

Le mal des transports est sans doute l’une des choses qui peuvent vous faire redouter les longs voyages. Ce type de maladie qui cible très souvent les enfants de 2 à 3 ans et les femmes enceintes constitue parfois une source d’inquiétude lorsque nous prévoyons effectuer de longs voyages. Voici pour vous 10 astuces pour éviter le mal des transports !

Contrôlez votre alimentation

Ceci peut paraître absurde, mais ce que vous mangez peut bel et bien vous aider à éviter le mal des transports.

Prenez un repas léger

Lorsque vous mangez léger, vous tranquillisez votre estomac. Pour un enfant par exemple, le simple fait de prendre quelques biscuits salés peut déjà suffire pour qu’il se sente mieux. Si vous souffrez du mal des transports, retenez qu’il est déconseillé de voyager en ayant l’estomac vide. Par conséquent, mangez léger avant de prendre la route. Un casse-croûte, un petit encas ou un lunch sont des repas légers très adaptés à un voyage.

Écartez les matières grasses

C’est indiscutable ! Plus vous consommez des aliments riches en matières grasses, plus vous avez la chance d’avoir des nausées. En effet, pour ne prendre aucun risque il est fortement conseillé de l’éviter le maximum possible, surtout si vous voulez réaliser un long voyage. Par ailleurs, faites aussi attention aux gros repas copieux avant et pendant votre voyage. De même, les aliments épicés et l’alcool sont également à éviter.

Les comportements et les positions que vous devez adopter dans la voiture

D’abord, la première technique que vous avez et qui peut vous aider à gérer efficacement le mal des transports est de vous tenir tranquille sur votre siège. Soutenez votre tête en arrière contre le siège afin d’éviter qu’elle ne se déplace dans tous les sens. Si vous disposez d’un appui-tête ou d’un oreiller, servez-vous-en. Car plus votre tête sera moins mobile, mieux vous vous sentirez. S’il y a possibilité, assoyez-vous à l’avant du véhicule et évitez surtout les sièges qui font face vers l’arrière.

La deuxième technique que vous avez, c’est de fixer votre regard de manière stable sur un objet : l’horizon par exemple, à travers la fenêtre. Évitez de faire de la lecture, de jouer… car cela pourrait aggraver les symptômes. Aussi, lorsque vous êtes en voiture, pensez à ouvrir une fenêtre afin de laisser entrer l’air frais. Ceci vous empêche d’avoir trop chaud dans la voiture.

En voiture, pensez aussi à faire des arrêts fréquents. Pourquoi ? Ceci permettrait à tout le monde de se dégourdir les jambes en marchant quelques minutes et de humer l’air frais. C’est une astuce très efficace pour éviter le mal des transports.

Enfin, détendez-vous ! Écoutez de la musique et souciez-vous moins des chances que vous avez d’avoir la nausée, par exemple. Le problème c’est que plus vous y pensez, plus les chances de voir le mal vous atteindre deviennent importantes.

Les options pharmaceutiques

Si vous souffrez d’un mal des transports, vous pouvez choisir de recourir aux solutions médicales. Nous vous proposons les options suivantes :

Passez voir votre médecin

Si vous souffrez d’un mal des transports, aller voir un médecin peut s’avérer être une bonne solution. En effet, il existe des médicaments que votre docteur pourra vous prescrire afin de vous aider à enrayer le mal. Faites donc un tour chez lui, exposez-lui vos symptômes et laissez-le vous prescrire ce qu’il vous faut. Par ailleurs, vous pouvez aussi toutefois briser l’étape qui consiste à prendre par le docteur et discuter directement avec votre pharmacien à propos. Car il existe aujourd’hui de nombreux médicaments en vente libre qui pourront faire l’affaire.

Les comprimés anti-mal à la rescousse

Nombreux sont les médicaments disponibles pour lutter efficacement contre le mal des transports. Certains ont des effets secondaires, donc proscrits si vous devez conduire. Au nombre des médicaments que pourra vous prescrire votre médecin, nous avons le Prométhazine, la Cyclizine, le Dimenhydranate ou encore la Meclizine.

Le Prométhazine est disponible en comprimés. Vous pouvez le prendre deux heures avant de voyager. Attention, ses effets peuvent durer jusqu’à 8 h d’horloge.

La Cyclizine quant à elle devrait être prise trente minutes avant le voyage. Et elle est proscrite aux enfants de moins de six ans.

Le Dimenhydranate en ce qui le concerne doit être pris toutes les 4 à 8 heures.

Enfin, la Meclizine devrait être prise une heure avant un long voyage. Mais elle est déconseillée aux enfants de moins de douze ans. Prenez garde donc !

Et si vous essayiez les patchs de Scopolamine ?

Disponibles en vente libre dans les pharmacies, les patchs de Scopolamine sont très utilisés aujourd’hui pour combattre âprement le mal des transports. Comment les utiliser ? Il vous suffit d’appliquer un patch derrière l’oreille et de le laisser agir 72 h avant changement. Ils sont surtout conseillés aux gens qui prévoient de longs voyages : les voyages en mer, par exemple. Attention tout de même aux effets secondaires (vertiges, trouble de vision, somnolence, etc.). Prudence, donc !

Les antihistaminiques H1

Vendus avec ou sans ordonnance selon les cas, les antihistaminiques sont conseillés pour prévenir ou traiter le mal des transports. Ils sont utilisables chez les adultes et les enfants de plus de deux ans. Vous pouvez les obtenir sans ordonnance sur les conseils de votre pharmacien. Mais attention, sans avis médical, ils sont déconseillés aux personnes âgées ainsi qu’à la femme enceinte ou allaitante. Ils devraient être pris 30 minutes avant de voyager. Veillez aussi à laisser un intervalle de six heures entre les prises.

Autres conseils

  • Mâchez du chewing-gum ;
  • Buvez très souvent de l’eau ou du sirop (par petites gorgées) ;
  • Si vous êtes à bord d’un navire, évitez de rester à l’intérieur, car les espaces confinés favorisent l’apparition des symptômes ;
  • Essayez le rhizome de gingembre (sous forme de poudre ou de jus). Votre médecin peut vous le conseiller pour prévenir ou traiter les nausées dues au mal des transports ;
  • Ne fumez pas lorsque vous êtes en voiture et veillez à ce qu’on ne fume pas non plus auprès de vous.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here